Eva Darlan le blog

Eva Darlan le blog

Un espace pour suivre la carrière d'Eva Darlan, retrouver sa filmographie, ses participations au théâtre, à la TV, au cinéma, ses livres... (ps : la créatrice du blog n'est pas Eva Darlan... Un blog conçu par une "fan" ... pour les fans! Si vous souhaitez contacter directement Eva Darlan, elle est présente sur facebook. )


Crue et nue Eva Darlan

Publié par evadarlanblog sur 8 Février 2013, 17:30pm

Catégories : #Eva Darlan auteure

A quelques jours de la parution (on peut déjà le pré-commander dans plusieurs librairies) :

Eva Darlan, Crue et nue, le manifeste de mon corps

Édition : Jean-Claude Gawsewitch (28 février 2013)

crue-et-nue-darlan.jpg

CRUE ET NUE
Le manifeste de mon corps
Eva Darlan

Une célébration touchante et sans tabou !
« Depuis le temps que je vis avec, j’ai eu l’occasion de me poser quelques questions sur mon corps, de l’envisager, de l’interroger et de le regarder comme un objet qui m’aurait échappé. Est-il un, unifié, parlant d’une seule voix, ou composé de plusieurs identités qui s’entremêlent ou se heurtent ? Sans rien me demander, il a eu sa vie propre, dans laquelle, étourdie par la course de la mienne, je ne suis pas intervenue. Il ne m’a jamais trop demandé mon avis. Est-ce que mon corps est moi? Est-ce que je suis mon corps ? J’ai voulu le regarder, voir ce qu’il était devenu… »
À mi-chemin entre le récit et l’essai, entre le manifeste et le monologue Crue et Nue se dévoile par petits morceaux. Eva Darlan a en effet choisi d’écouter chaque partie de son corps. Des histoires drôles, émouvantes, terribles parfois. Sa voix, ses voix nous racontent le nez, les cheveux, les seins, les pieds, les bourrelets aussi, le sexe bien sûr...
Un état des lieux, sans tabou et jubilatoire. Un hommage engagé et nécessaire au corps féminin et à toutes les femmes.

Eva Darlan est actrice, réalisatrice et scénariste. Elle a notamment travaillé avec Claude Sautet, Jean-Luc Godard, Bertrand Blier, Roger Planchon, Isabelle Mergault et Jean-Michel Ribes.

 

http://www.ladepeche.fr :

Un rire clair comme une cascade, un sourire éclatant sur une peau blanche, une bonne humeur de tous les instants. Eva Darlan, dans le paysage du cinéma, de la télé et du théâtre français, c'est d'abord une actrice drôle et pétillante, découverte chez Sautet, puis dans le «Palace» de Jean-Michel Ribes. Et derrière cette perpétuelle joie de vivre, des failles, des crevasses mêmes. Celles qu'elle révèle dans son deuxième livre «Crue et nue». Sans fausse pudeur, sans voyeurisme non plus. Eva Darlan évoque, au fil d'une écriture vive et frontale, les douleurs de son enfance, de la petite fille qu'elle était, «sexualisée» depuis ses premiers souvenirs par un père incestueux, que lui abandonnait une mère faible. Il n'y a pas de pathos chez Eva Darlan. Un éclairage plutôt, comme une trajectoire qui s'explique à la lumière de l'enfance. Qui explique comment, jusqu'à tout récemment encore, elle n'a été attirée, sa vie durant que par des «hommes qui lui font du mal» : de son père donc, jusqu'à son dernier mari qui la violente en passant par cet amant sans désir qui la persuade que le problème vient d'elle. Raconté comme ça, «Crue et nue» pourrait passer pour une énième confession larmoyante. Pas du tout. Il s'agit d'un livre drôle, traversé ça et là, de coups de gueules : contre la chirurgie esthétique, le diktat de la mode, des magazines, des régimes et des corps éternellement jeunes et fermes ; contre les hommes qui forcent les femmes à se voiler, mais pas contre les femmes qui se voileraient de leur propre chef ; contre la fausse liberté sexuelle affichée et l'obligation de jouir tout le temps et tout de suite, seule ou à plusieurs, puisqu'à plusieurs c'est tellement «hype». Contre les hommes aussi. Tout contre… La comédienne, auteure, écrivaine, en pleine adaptation de «Crue et nue» pour la scène (au «off» d'Avignon du 6 au 28 juillet au théâtre du Petit Chien), se livre. Tout simplement.

Présente sur le Salon du livre depuis hier et jusqu'à demain aux Haras nationaux, Eva Darlan participe demain à 11 heures à «Ecrits de vies», avec Marc Galabru, Arnaud Benedetti et Emilie Kah, à la salle de conférence.

 


Eva Darlan présente Crue et Nue chez Isabelle... par f1406225127

 

 

http://www.le-mensuel.fr/

Ce qu’il y a de formidable l’âge arrivant, c’est que je n’en ai plus rien à faire du jugement des gens.

[...]

Et parmi tous les rôles que vous avez campé, lequel vous a le plus marqué ? Quelle femme auriez-vous aimer être ?
Je me souviens d’un très joli rôle dans « Violetta, Reine de la Moto » de Guy Jacques. C’était celui d’une femme extrêmement poétique et incroyablement drôle, qui ne disait pas toujours ce qu’il fallait dire, qui se mélangeait toujours un petit peu les pinceaux... C’est le seul personnage que j’ai eu du mal à arrêter. C’est la première fois que j’ai compris ce que d’autres acteurs entendaient par là. C’est la seule fois que j’ai ressenti ça. J’étais un peu triste de quitter cette femme... Probablement cela avait un écho en moi, elle était une femme extrêmement naïve, poétique, bienveillante et toujours gaie. Mais tous les rôles sont intéressants ! Même les plus médiocres mais il faut prendre le temps de les incarner et d’essayer de trouver leur part d’humanité. Sociologiquement, être acteur est intéressant, c’est un métier qui apprend énormément sur l’être humain.

Vous avez un peu touché à tout, télévision, théâtre, cinéma et ça vous a conduite là où l’on ne vous attendait pas spécialement, à l’écriture ?
J’ai toujours écrit en fait. J’ai commencé par l’écriture avec les Jeanne. Puis pour la radio, avant de m’attaquer à un premier livre et j’écris tout le temps pour la télévision, des scénarios, des projets. J’ai écrit un premier spectacle Divins divans il n’y a pas cinq ans. J’ai toujours énormément écrit mais jusqu’à maintenant, je n’osais pas vraiment publier. Ce qu’il y a de formidable l’âge arrivant, c’est que je n’en ai plus rien à faire du jugement des gens. Ça plait c’est bien, ça ne plait pas, ce n’est pas grave. Il y a d’autres choses à regarder que moi dans le monde, heureusement ! (rires)

[...]


C’est donc une sorte d’autobiographie mais qui ne parle pas vraiment de vous. Au travers de vous et de votre corps, vous parlez aux autres et vous parlez de l’autre.
C’est exactement ça, vous l’avez exprimé magnifiquement et avec votre permission je le répèterai si on me repose la question ! (rires)

C’est très original car la plupart du temps, on a besoin de vider son sac en parlant de soi pour parler de soi mais pas tellement pour aider les autres...
Oui je me suis dit que si je parlais, d’autres parleraient et que si je me levais, d’autres se lèveraient. Et je dis tout crûment… J’aime avoir le retour des femmes et des hommes sur ce livre. Si je peux aider ne serait-ce qu’une femme, ce serait formidable. Une femme, et pas des moindres puisqu’elle est une amie proche, m’a dit « Je te remercie, tu as changé ma vie. Je n’ai jamais été fière de ma vie et je me croyais anormale. J’ai passé ma vie à porter ce poids. Depuis que j’ai lu ce livre, j’ai compris que je n’étais pas isolée ».

C’est donc vraiment un livre fait pour aider les femmes à déculpabiliser, à décomplexer, à s’accepter et peut-être même à s’aimer à la fin ?
C’est exactement ça. Ce n’est pas facile. C’est facile pour un homme, ils n’ont pas la même pression que nous. Tout devient de la publicité mensongère et on fait toutes semblant d’y croire. Entre les crèmes minceur, le mascara hyper recourbant, les anti-âges etc. on n’est finalement qu’un énorme enjeu financier qui ne rapporte probablement pas grand chose aux femmes, si ce n’est à madame l’Oréal... (rires)

(...)


Commenter cet article

Archives