Eva Darlan le blog

Eva Darlan le blog

Un espace pour suivre la carrière d'Eva Darlan, retrouver sa filmographie, ses participations au théâtre, à la TV, au cinéma, ses livres... (ps : la créatrice du blog n'est pas Eva Darlan... Un blog conçu par une "fan" ... pour les fans! Si vous souhaitez contacter directement Eva Darlan, elle est présente sur facebook. )


Eva Darlan dans Une histoire simple

Publié par evadarlanblog sur 22 Février 2009, 10:49am

Catégories : #Eva Darlan :zoom sur certains films

Profitons des vacances pour quelques mises à jour, et un retour sur...

Une histoire simple

Réalisateur: Claude Sautet
Scénario: Jean-Loup Dabadie et Claude Sautet

Producteur: Horst Wendlandt
Compositeur Musique: Philippe Sarde
Directeur de la photographie: Jean Boffety
Production Pays: France /Allemagne
Distribution France: A.M.L.F. / Les Acacias Sociétés de production: France 3 Cinéma - Renn Productions - Rialto Film - Sara Films - Société Française de Production (SFP)
Genre: Drame
Durée: 1 h 50 min
Dates de sortie en France: 22 novembre 1978 


Distribution

Romy Schneider : Marie
Bruno Cremer: Georges
Claude Brasseur: Serge
Arlette Bonnard: Gabrielle
Sophie Daumier: Esther
Eva Darlan: Anna

Francine Bergé: Francine
Roger Pigaut: Jérôme
Madeleine Robinson: la mère
Jacques Sereys: Charles

Jean-François Garreaud: Christian
Vera Schroeder: Françoise
Xavier Gélin: Denisold
Nadine Alari : la doctoresse
Michel Debost : Michel, frère de Georges
Jean Deschamps : M. Chenal
Pierre Forget : le délégué syndical
Patricia Francis : la caissière
Yves Knapp: Martin à 16 ans
Nicolas Sempé : Maurice, copain de Martin
Blanche Ravalec : Maggy, la barmaid
Vera Schroeder : Françoise
Peter Semler : Patrick


Synopsis

Marie, 39 ans, s'est décidée pour une vie de femme indépendante. Divorcée de Georges et mère d'un adolescent, elle vit avec Serge. Lorsqu'elle se retrouve enceinte, Marie a décidé de ne pas garder l'enfant qu'elle attend de Serge, dont elle souhaite se détacher. Elle avorte et quitte Serge. Elle partage son amitié avec Gabrielle, Francine, Anna, maman divorcée, élevant seule ses deux enfants, et Esther, quatre amies qu'elle retrouve le week-end dans la maison de campagne de Gabrielle. Elle se rapproche pourtant de son ex-mari, Georges, qui vient travailler dans la maison où elle est dessinatrice de mode. Elle a besoin de lui pour sauver Jérôme, le mari de Gabrielle. Celui-ci a reçu une lettre de licenciement et se retrouve à deux doigts du suicide.  Marie demande donc à Georges de l'aider à garder son emploi.


Tous deux se retrouvent et une relation amoureuse semble reprendre entre elle et Georges, mais une dispute les sépare de nouveau tandis qu'Anna et Serge entament une liaison. Leur vie quotidienne est chargée d'une sorte de désarroi propre à l'époque, l'âge (les alentours de la quarantaine), la classe (bourgeoisie moyenne). Jérôme ne peut supporter son licenciement et se suicide, malgré la sollicitude de son épouse Gabrielle et l'amitié agissante de Marie. Marie, quant à elle, attend de nouveau un bébé, fruit des œuvres de son ex-mari. Cette fois, elle décide de ne pas avorter, mais sans le dire à Georges. Tout doucement, ce monde d'adultes déjà marqué par les choses de la vie, s'achemine vers le troisième âge, ce qui n'est ni triste, ni gai. La difficile indépendance des femmes, la question de l'avortement, l'amitié , et des thèmes d'une criante actualité, le pouvoir d'achat, les licenciements, la prostitution occasionnelle...



Le film aura 11 nominations pour la Cérémonie des Césars, 3 février 1979, à la Salle Pleyel, à Paris, dont celle d'Eva Darlan pour le césar du meilleure second rôle féminin. Romy Schneider obtiendra le César de la meilleure actrice .

Interview Eva Darlan

  • Quel souvenir gardez-vous de Romy Schneider?

  • -Celui d'une femme écorchée, terriblement touchante et bouleversante, à vif, doublée d'une comédienne époustouflante. Je vous donne un exemple. Elle devait pleurer en disant une phrase. On tourne, et elle pleure à un certain moment. On coupe et Sautet hurle : « Non, tu ne peux pas jouer ça comme ça, ce n'est pas possible, tu dois pleurer sur ce mot. » Elle répond : « Pardon, claude, oui, d'accord. » Et à la prise suivante, elle a pleuré au moment précis où il lui avait demandé de le faire. C'était incroyable. Quand je ne tournais pas, je restais sur le plateau à le regarder, j'étais fascinée par cette femme. Les grands talents sont malgré tout le haut de l'iceberg de personnalités très fragiles.

  • C'est son métier qui l'a détruite?

  • Il a beaucoup participé à sa destruction. Romy n'a pas eu de vie. Elle disait : « On m'a volé ma jeunesse ». Elle en a aussi été complice, en répondant à l'aspiration de ses parents, des producteurs, de la société. C'est vrai, elle n'a pas eu d'adolescence, pas de jeunesse. Faire ses courses, je ne sais pas si elle savait ce que c'était. Tout était trafiqué autour d'elle/ Elle était magnifique, mais difficile d'accès. Je la trouvais très touchante. Dommage qu'elle soit partie si tôt, elle aurait pu nous enchanter encore pendant tant d'années.

Extrait interview janvier 2007 d'Eva Darlan dans Ciné télé revue

Le lien pour lire l'article:

l'article

 

A propos de claude Sautet

 

http://www.cineclubdecaen.com/realisat/sautet/sautet.htm

Il n'a pas son pareil pour révéler des comédiens : ainsi Isabelle Huppert dans César et Rosalie, Gérard Depardieu dans Vincent, François, Paul et les autres, Ottavia Piccolo et Jacques Dutronc dans Mado, Claude Brasseur, Arlette Bonnard et Eva Darlan dans Une histoire simple.

 

Ces deux dernières réalisations dénotent une plus vive inquiétude vis-à-vis du monde qui l'environne.

 

Sans doute par fidélité au devoir qu'il s'est fixé et qu'il rappelle volontiers dans ses interviews : "etre un médium. " Si la décennie soixante-dix se clôt, pour Claude Sautet, sur le succès public et critique de Une histoire simple (César de la meilleure actrice pour Romy Schneider et nomination à l'Oscar du meilleur film étranger), le début des années quatre-vingt voit le cinéaste s'interroger sur la suite de sa carrière.



Plusieurs éditions en VHS

 

Sortie DVD dans le numéro 14 de la collection "les plus grands films de Romy Schneider en DVD" disponible au numéro ou en abonnement sur ma collection.fr DVD + Fascicule : Analyse du film : Les chemins d'une vie - Les artisans du cinéma : Claude Berri, le producteur - On l'appelait Romy... : Heureuse, après tout - Casting de rêve : Un casting sans esbroufe - Parenthèse historique : Le féminisme - Zoom sur la production : Un film fait pour elle - Fiche Technique

Sortie DVD prévue en octobre 2009











Commenter cet article

Gyslaine 22/08/2009 13:58

bonne idée que cet article, cela rappelle de bons souvenirs... longtemps que je n'ai pas vu ce film, mais d'en revoir des images donne envie de s'y replonger... vivement une rediffusion, ou la sortie du DVD!

Archives