Eva Darlan le blog

Eva Darlan le blog

Un espace pour suivre la carrière d'Eva Darlan, retrouver sa filmographie, ses participations au théâtre, à la TV, au cinéma, ses livres... (ps : la créatrice du blog n'est pas Eva Darlan... Un blog conçu par une "fan" ... pour les fans! Si vous souhaitez contacter directement Eva Darlan, elle est présente sur facebook. )


Eva Darlan dans bains de minuit presse suite, MAJ 30/10

Publié par ml d'evadarlanblog sur 30 Octobre 2008, 10:47am

Catégories : #Eva Darlan au théâtre: zoom sur qqs pièces

Un article ici http://www.coupdebeck.com/2008/09/bains-de-minuit.html, un site qui a la bonne idée de marier théâtre et gastronomie...

"Et puis alors -de toi à moi- qu'est-ce que c'est que cette fille que tu nous a emmenée ? Tu connais mon engagement féministe...mon sentiment pour les femmes en général. Mais alors, celle-là ! Je ne sais pas comment te dire. Je ne la sens pas ! Elle est là... elle a rien à dire... surtout quand elle parle ! Elle est même pas vulgaire, non pour être vulgaire, faut déjà avoir du tempérament. Même pas ordinaire. Elle est rien. Voilà. Absolument rien."

Couple fraîchement divorcé, Félix (Daniel Colas) et Alexandra (Eva Darlan) ne partagent plus leurs petits-déjeuners ensemble mais ont gardé en commun leur maison de vacances sur l'Ile de Ré. Qu'ils occupent à tour de rôle. Jusqu'au jour où, vous l'aurez deviné, sur un malentendu bien théâtral, ils viennent y poser en même temps leurs valises et leur conjoint respectif. Pour lui, une chercheuse écervelée de vingt ans sa cadette (Lynda Hardy), pour elle, un vendeur de barbe-à-papa rassurant et ennuyeux (Yvan Varco). Plutôt efficace avec certaines répliques bien senties, ce boulevard sur l'amour recomposé remplit sa mission : celle de nous faire rire. Rire sans arrière-pensée certes, provoqué par un humour qui ne fait pas dans la dentelle, mais rire, et c'est bien là le principal Tenez les dix premières minutes qui peuvent faire craindre le pire, et la pièce finit par trouver son rythme. Les amateurs de comédie franche et purement divertissante y trouveront leur plaisir. Mais la pièce doit surtout beaucoup à Eva Darlan. Fantasque, très drôle, c'est elle qui insufle à l'ensemble un vrai grain de folie et impose sa présence. On la retrouvera au générique de "Musée haut, musée bas", le film de Jean-Michel Ribes adapté de sa pièce éponyme. La pièce avait été un de mes vrais coups de coeur, j'attends le film (sortie sur les écrans programmé en novembre) avec hâte.

Où sortir après la pièce ? Les adresses d'Eva Darlan

Le Grand Colbert, 2 rue Vivienne, 2e, tél. 01 42 86 87 88. "Ce restaurant a déjà l'avantage d'être ouvert très tard le soir. C'est un peu l'after théâtral, la plupart des acteurs viennent y dîner après leur pièce, d'où l'ambiance repas de fin de film. On sait qu'on va y rencontrer quelqu'un. C'est très convivial, on y mange des fruits de mer d'une extrême fraîcheur."

Le Marco Polo, 8 rue Condé, 6e, tél. 01 43 26 79 63, et Il Barone, 5 rue Leopold Robert, 14e, tél. 01 43 20 87 14. "Dans le quartier des Mathurins, il n'y a quasiment pas de restaurants ouverts tard. Ces deux restaurants sont sur ma route quand je rentre chez moi. "Le Marco Polo", c'est un petit restaurant où j'allais déjà qui est devenu un grand. Il y a beaucoup d'affect pour moi, et on y mange très bien. Au "Il Barone", je ne vous dis pas les oeufs à la truffe blanche, c'est un péché !"  J'adore les restaurants italiens. Et si vous voulez manger les meilleures spaghettis "à la vongole" de Paris, il faut aller au "Sardegna", boulevard des Batignolles. Un autre restaurant où beaucoup de comédiens se retrouvent, extraordinairement bon et avec un accueil divin."

30/10
Theothea
Extraits
[...] Mais, au-delà de ces distinguos nationaux pour affichage socioculturel, vont s’affronter deux couples hétéro qui pourraient fort bien en dissimuler deux autres, voire davantage, de nature polymorphe.
Cette troisième comédie du jeune auteur new-yorkais, Jack William Sloane, est la première à être adaptée en français et c’est donc Daniel Colas & Yvan Marco, codirecteurs du Théâtre des Mathurins qui ont décidé de l’accueillir, de la réaliser et même de la jouer.
En s’entourant d’Eva Darlan et Linda Hardy, Daniel Colas avec sa casquette de metteur en scène fait le choix d’une direction d’actrices désormais bien habituées aux planches de son théâtre.
C’est le ton d’un humour constamment distancié, mais implicitement complice qui va donner toute sa saveur à un enchevêtrement de ressentiments que l’émotion affective contenue sera en charge de travestir en effronteries, désinvoltures ou autres insolences :
Ce "Je vous souhaite une mauvaise nuit, la plus mauvaise possible !..." lancé avec le sourire narquois du dépit amoureux, reviendra fatalement en boomerang de celui ou celle qui, à son tour, aura su se révéler "mauvais joueur".
En effet, au jeu du qui perd gagne, Alexandra, Félix, Marie-Cécile et Bertrand vont, chacun, faire leurs classes à leur rythme et devenir, dans leur domaine, expert pour "agacer" les autres, en retour de flamme.
Mais sont-ce des règles licites du jeu de société lorsqu’un ex-couple légitime s’autorise à inviter, au banquet de leur villégiature balnéaire, des partenaires de diversion pris en tenailles au piège du sentiment passionnel ?
Pouvant apparaître "en pilote automatique" à quelques reprises sur plus de deux heures de représentation, Daniel Colas orchestre un malicieux moulin à paroles dont il semble distribuer le tour de rôles :
Eva Darlan lui répond du tac au tac en cherchant sans cesse la faille pour le déstabiliser ; Linda Hardy roucoule comme un oiseau s’inventant une cage dorée virtuelle ; Yvan Marco, en bon camarade associé, offre un exutoire sur lequel chacun peut trouver son compte de compensation à ses propres frustrations.
Par esprit de synthèse universelle, l’essentiel sera, en définitive, d’être persuadé qu’il est préférable de prendre un bain de minuit à l’heure dite afin d’être apte à profiter de l’instant présent.

Commenter cet article

L'or en 08/10/2008 09:06

C'est vrai que le début est peut-être un peu lent, mais j'ai passé une soirée très agréable!
C'était la première fois que je voyais Eva DArlan sur scène, et j'ai été ravi de cette découverte. Soirée très drôle, sans prétention, du rire sans arrièr epensée et merci au passage pour les bonnes adresses de resto!
Et vivement la sortie de Musée haut, musée bas!

Archives