Eva Darlan le blog

Eva Darlan le blog

Un espace pour suivre la carrière d'Eva Darlan, retrouver sa filmographie, ses participations au théâtre, à la TV, au cinéma, ses livres... (ps : la créatrice du blog n'est pas Eva Darlan... Un blog conçu par une "fan" ... pour les fans! Si vous souhaitez contacter directement Eva Darlan, elle est présente sur facebook. )


Eva Darlan dans Je vous trouve très beau, d'Isabelle Mergault

Publié par ml d'evadarlanblog sur 25 Septembre 2008, 21:12pm

Catégories : #Eva Darlan :zoom sur certains films


Le 28/09/08 à 20:55  sur France 2 : Je vous trouve très beau
2005 - 1H37 - Genre :
Comédie Date de sortie : 01/01/2006 sortie DVD 5 septembre 2006
Un film de :
Isabelle Mergault
Avec : Michel Blanc, Eva Darlan, Stéphane Hillel, Arthur Jugnot, Liliane Rovère, Wladimir Yordanoff...
Eva Darlan fut nominée pour ce rôle pour le prix raimu de la comédie.
le prix raimu  Michel Blanc s'est vu décerner le prix Raimu du meilleur comédien lors de la première cérémonie des Raimu Mars Distribution. Isabelle Mergault a également été récompensée pour son scénario.Elle a également reçu le César du meilleur premier film.

Aymé vient de perdre sa femme et, tout seul, il ne peut pas continuer à faire tourner sa ferme. Il doit trouver une autre femme. Une agence matrimoniale, voyant que sa recherche est plus utilitaire qu'affective, l'oriente vers la Roumanie, dont de nombreuses filles veulent quitter la misère. Sa rencontre avec Elena va changer la vie d'Aymé.

Je vous trouve très beau à voir ou revoir de toute urgence bien sûr, un film tour à tour tendre, drôle, poétique...et Eva Darlan absolument drôlissime en directrice d'agence matrimoniale!

Nord cinéma :
Classique mais efficace, progressant entre sourires et pleurs, voici un joli film, sensible, authentique et plein d'émotion, sur fond de campagne traditionnelle et son équipement ménager succinct.
En scénariste et réalisatrice de talent, Isabelle Mergault a perçu, conçu et transmis un problême affectif toujours d'actualité en campagne, et les ravages de la solitude et de la nostalgie. D'où cette étonnante et trop réelle foire au mariage avec ses mensonges et ses doutes, dans un déroulement agréable et une mise en scène habile, pleine de séduction et de fraîcheur au gré d' un quotidien rural quelque peu idéalisé.
Favorisés par d'excellents gros-plans très révélateurs, les acteurs sont remarquables de justesse, tel Michel Blanc, fort touchant en râleur maladroit , jaloux et étonnant de justesse et d'humanité. Star en Roumanie, Medeea Marinescu est délicieuse, pleine de charme, de naturel et de sensibilité. A retenir la prestation d'Eva Darlan, épatante excentrique patronne d'agence matrimoniale, sans oublier Dora Doll et Renée Le Calm
Voilà un film tout en simplicité et en authenticité, sans trop de "trop", avec juste ce qu'il faut de sentiments naturels. Isabelle Mergault nous offre ici un premier film sensible et nous présente un Michel Blanc comme on a rarement eu l'occasion de rencontrer. Beaucoup d'humour avec de nombreuses répliques savoureuses et des situations cocasses, et des personnages attachants.
Eva Darlan est parfaite dans ce rôle de directrice d'agence matrimoniale, complétement à côté de la plaque. Une belle réussite pour ce film qui parvient tout doucement à nous faire monter les larmes aux yeux sans qu'on s'en rende compte vraiment...

Un premier long métrage pour Isabelle Mergault
Pour Isabelle Mergault, réaliser ce premier long métrage n'allait pas de soi. "Je n'avais jamais réalisé, explique-t-elle, et je n'en avais même pas l'idée. C'est le producteur Jean-Louis Livi et Michel Blanc qui m'ont proposé de mettre en scène. Eux et d'autres m'y ont poussé (...) Jean-Louis Livi a eu un argument qui m'a touchée. C'est vrai qu'en tant que scénariste, parfois, on ne retrouve pas forcément tout ce qu'on a voulu mettre dans la réalisation d'un autre. Il m'a dit : "Au moins, si tu te trahis, tu ne trahiras que toi.""

L'étincelle
L'idée du film est venue à l'esprit d'Isabelle Mergault en regardant un reportage à la télévision. Celui-ci portait "sur des hommes qui vivaient à la campagne dans la solitude la plus complète et qui étaient prêts à tout pour rencontrer l'amour".

La rencontre Mergault / Blanc
Michel Blanc avait croisé Isabelle Mergault sur le tournage d'Une nuit à l'Assemblée nationale de Jean-Pierre Mocky en 1988, "juste assez longtemps pour savoir qu'elle avait autant d'humour que de caractère". Le comédien poursuit : "on s'est revu ensuite, mais notre vraie rencontre s'est faite pour ce film. Je n'étais pas surpris qu'elle écrive, car mon camarade Gérard Jugnot avait déjà réalisé Meilleur espoir féminin d'après son scénario. Cela m'a fait plaisir qu'Isabelle ait pu écrire en pensant à moi."

Le choix de Medeea Marinescu
Pour le rôle d'Elena, Isabelle Mergault et la production auditionnèrent de nombreuses jeunes filles originaires d'Europe de l'Est. Medeea Marinescu était la seule à ne pas parler français. Elle fit ses essais en ayant appris son texte phonétiquement et s'en sortit admirablement bien. La cinéaste se souvient de sa performance : "Sans la maîtrise de la langue, elle parvenait déjà à être émouvante, drôle, et l'ampleur de son potentiel de jeu se devinait déjà."

Tournage en extérieurs
Dès le départ, la production souhaita privilégier les tournages en extérieurs. Pour le producteur Jean-Louis Livi, "cela contribua énormément au climat de l'histoire mais ça compliqua aussi la logistique. Le film n'aurait jamais eu cette atmosphère si nous avions tourné en région parisienne ou en studio." Pour son premier film, Isabelle Mergault eut donc droit aux problèmes de météo et aux facéties des animaux de la ferme.

Un cameo d'Isabelle Mergault
Ayant pris au pied de la lettre la remarque d'un directeur de casting qui lui avait reproché d'être trop âgée pour le métier d'acteur, Isabelle Mergault a décidé de ne plus jouer la comédie au cinéma. Pour son film, celle-ci a tout de même consenti à incarner un chauffeur de taxi, dont on n'aperçoit que l'avant-bras à l'écran, chargé d'amener Michel Blanc et Eva Darlan à l'hôtel roumain où les attendent les postulantes pour le grand départ en France.

  Coin du cinéphage
Ce n’est pas une surprise de découvrir une écriture sensible chez Isabelle Mergault, qui était scénariste d’ "Aujourd’hui peut-être" (1990) film de Jean-Louis Bertuccelli à redécouvrir avec Giulietta Masina – la comédienne Medeea Marinescu, héroïne du film, a d’ailleurs un petit côté "Gelsomina" -, "Le voyage à Rome" (1992) ou "Meilleur espoir féminin" (1999), loin de ses prestations de "bonnes clientes" à la télévison. Le film narre la vie d’Aymé Pigrenet – Michel Blanc vraiment excellent et qui fut partenaire d’Isabelle Mergault dans "Une nuit à l’assemblée nationale"  -, un agriculteur nouvellement veuf pour avoir perdu sa femme électrocutée par une trayeuse automatique. Sans être véritablement bouleversé, il suit le conseil de sa notaire – Valérie Bonneton, probante entre écoute et exaspération – de faire appel à une agence matrimoniale non pas pour trouver l’âme sœur, mais pour trouver une main d’œuvre corvéable à merci. Mme Marais, directrice d’une l’agence matrimoniale – Eva Darlan, désopilante dans un numéro excentrique -, suivant son idée l’envoie en Roumanie. Elena – Medea Marinescu, très touchante -, mère de Gaby, une fillette de 6 ans, comprend vite la manière de profiter de la situation en opposant sa sincérité face à la sophistication des autres candidates. Aymé invente un stratagème pour justifier la présence d’Elena dans le village. La bonne humeur et la générosité d’Elena finissent par faire des étincelles face à Aymé, bourru, pingre, maladroit et surtout éternel râleur.
Certes on peut reprocher à la réalisatrice quelques situations convenues, mais le dosage émotion et humour vachard est bien dosé. La mise en scène est loin d’être aussi anodine qu’on le dit, il y a même quelques trouvailles, comme le passage du nouvel an au clair de lune. Les situations sont crédibles et les personnages attachants, Isabelle Mergault avance par des petites touches très justes, comme des petits gestes d’affections, la chienne "Ciufut", ou les non-dits dans l’amitié entre Aymé et son voisin Roland – Wladimir Yordanoff, très subtil comme toujours -.

Je critique tout
 Autre cadeau, la présence d'Eva Darlan. Trop rare sur nos écrans à mon goût. Sa voix nous manque aussi. Elle est toujours aussi drôle et franchement, elle ne change pas ... physiquement hein ... Une enigme.

Bonus DVD
La Double vie d’Isabelle Mergault (25 mn)
Making of
Scènes coupées : Les Parisiens, les Schleus, le casting intégral des filles de l’Est (avec Eva Darlan)
Essais de Médéea Marinescu
Bande-annonce


Commenter cet article

so 03/10/2008 07:45

Un film magnifique, où je verse une petite larme à chaque fois (la scène du réveillon, le chien) heuresment qu'eva est là pour y apporter un peu de legereté et de rires!

Archives