Eva Darlan le blog

Eva Darlan le blog

Un espace pour suivre la carrière d'Eva Darlan, retrouver sa filmographie, ses participations au théâtre, à la TV, au cinéma, ses livres... (ps : la créatrice du blog n'est pas Eva Darlan... Un blog conçu par une "fan" ... pour les fans! Si vous souhaitez contacter directement Eva Darlan, elle est présente sur facebook. )


La cantatrice chauve, Eva Darlan, théâtre Lyon 3 au 7 mai, MAJ 9/05

Publié par evadarlanblog sur 8 Mai 2008, 13:35pm

Catégories : #La cantatrice chauve avec Eva Darlan

Dernière étape de la tournée avant Paris, 5 représentations à Lyon

Lyon Théâtre de la Croix Rousse

La cantatrice chauve avec Eva Darlan
Le 03/05/2008 20:30
Le 04/05/2008 15:00 
Le 05/05/2008 19:30   
Le 06/05/2008 20:30   
Le 07/05/2008 19:30   

Prochaine étape La cantatrice chauve à Paris au  théâtre Silvia Montfort du 14 mai au 15 juin



les trois coups

 

  Extraits : Mise en scène percutanteTous les sièges du Théâtre de la Croix-Rousse sont occupés ce lundi soir. Et pour cause, le public lyonnais désirait juger de cette nouvelle mise en scène de « la Cantatrice chauve » par Daniel Benoin. À coup sûr, c’est en proposant à ces jeunes de venir en prendre plein la vue et les oreilles avec « la Cantatrice chauve » que l’envie de se cultiver naîtra dans leur esprit, telle une postiche sur un crâne chauve....... Les phrases sans queue ni tête s’enchaînent, mais le jeu global des acteurs est bon. Le spectateur n’est donc pas perdu......Dans cette pièce toujours d’actualité, la critique de notre société se cache autant dans la réplique que dans la mise en scène de Daniel Benoin. Avant même le début de la pièce, les spectateurs commentent le nombre important de télécommandes et autres portables sur scène. Une critique aussi de la communication qui va courir tout au long de la pièce. ......à tel point que le présentateur se permet ...... Les codes de la bienséance ne sont pas épargnés non plus. ......La mise en scène est percutante jusque dans le choix des vêtements : tous sont de blanc vêtus, le blanc de la virginité contrastant avec le nombre conséquent de vices cumulés par chacun des personnages. Dans la mise en scène de Daniel Benoin, tous les messages ne passent donc pas forcément par la parole, mais ils sont clairs pour le public.

 

 

Une autre là: http://www.ruedutheatre.info/article-19402433.html

Pas de cantatrice ici, encore moins de chanteuse chauve, mais quatre pseudo starlettes de la bourgeoisie londonienne qui suffisent à faire le show. La Cantatrice chauve est un bijou d’absurdité auquel le metteur en scène Daniel Benoin n’a pas  eu peur d’ajouter son grain de fantaisie, quitte à nous laisser cois. Alors prenez place sans vous poser trop de questions !
Pour cette aventure théâtrale, Daniel Benoin s’est entouré d’une belle pléiade d’acteurs taillés sur mesure pour ces figures anglaises symptomatiques : Christine Boisson et Paul Chariéras, en M. et Mme Smith aussi riches qu’outrecuidants ; Eva Darlan et Eric Prat, les époux Martin, qui les égalent en maniérisme et ridicule. .......
Daniel Benoin saupoudre cette confusion généralisée d’un brin d'extravagance, d’un soupçon de caricature et d’une bonne dose de modernité en transposant les personnages de Ionesco dans un univers de luxe aseptisé où les nouvelles technologies envahissent le quotidien, où toute attitude est minutieusement contrôlée, où le paraître devient le maître mot de cette “jet set” qui ne cesse de prendre la pause. Rien n’arrête le metteur en scène dont les propositions peuvent surprendre, déconcerter, voire déplaire mais dont l’insidieuse liberté ne pouvait qu’être autorisée et appuyée par l’œuvre d’un auteur maître de l'absurdité. De séquences aux allures de show télévisé à la parodie du clan mafieux, des mièvres jeux conjugaux aux attitudes enfantines, Daniel Benoin appuie le paradoxe et le contraste entre les fastes apparences et la décadence explosive où les personnages s’en donnent à cœur joie entre allusions sexuelles graveleuses, champagne à gogo et goût pour les substances illicites. Mais l’on aurait tort de s’en tenir à l’appréciation d’un pur délire de “théâtreux”, derrière lequel se cache en fait une troublante et inquiétante banalité, un dérèglement né des situations les plus anodines........ La frontière entre sens et non-sens, normalité et pathologie, devient floue et pourrait ne relever finalement que d’une affaire de contexte, de perception personnelle. Ainsi, ceux qui sont prêts à dépasser les limites d’un monde prétendument sensé ne perdront pas l’occasion de se réjouir de cette incongruité, de rire de ce comique qui “n'est comique que s'il est un peu effrayant” disait l’auteur. .......

Commenter cet article

so 10/05/2008 09:37

Merci pour les liens, c'est vraiment le traitement du personnage de la bonne qui sucite le plus de réactions différentes!
En tout cas on aura une grande pensée pour l'équipe le 14!

Archives