Eva Darlan le blog

Eva Darlan le blog

Un espace pour suivre la carrière d'Eva Darlan, retrouver sa filmographie, ses participations au théâtre, à la TV, au cinéma, ses livres... (ps : la créatrice du blog n'est pas Eva Darlan... Un blog conçu par une "fan" ... pour les fans! Si vous souhaitez contacter directement Eva Darlan, elle est présente sur facebook. )


Dis maman, tu m'aimes? Eva Darlan TV 1992

Publié par evadarlanblog sur 5 Mars 2008, 08:35am

Catégories : #Eva Darlan :zoom sur certains films

Dis maman, tu m'aimes?

TV, de JL Bertucelli

avec Bruno Pradal, Vanessa Guedj, Georges Staquet

rôle d'Eva Darlan : Hélène



L'humanité, avril 1992

AH ! LES FILLES…  

"PLUS souvent en caban qu’en Rodier, Hélène, la quarantaine épanouie, « assure » pourtant avec un apparent bonheur son travail de contremaître dans son entreprise navale et ses deux enfants. Lorsque son mari le lui demande, courageusement parti s’occuper de son ego à l’autre bout du monde, c’est sans rechigner qu’elle lui envoie un chèque, sorte d’avance sur les droits d’auteur d’un livre qu’il n’écrira jamais !

Apprenant que la séparation de ses parents va prochainement être officialisée par un divorce, Anna prend fort mal la chose, ne se résignant pas à abandonner son rêve d’une éventuelle réconciliation.

Et l’adolescente va carrément faire sa crise en découvrant que, de plus, sa maman vient de rencontrer un autre homme qui pourrait bien prendre la place laissée vacante par le futur ex-mari.

On le voit, l’histoire n’a rien d’originale. Elle est même tellement banale qu’on aurait pu craindre les pires clichés, à tout le moins une resucée d’un scénario archiconnu. Eh bien non ! Ce « Dis maman, tu m’aimes ? », sans être un chef-d’oeuvre impérissable, a la vérité suffisante pour que tout passe sans casse, grâce à la réalisation de Jean-Louis Bertucelli. Jeux des comédiens (dont Eva Darlan et Vanessa Guedj, parfaites), sens du détail, des dialogues justes : on suit avec sympathie les efforts maladroits d’Anna pour empêcher la nouvelle union de sa mère, on se prend à s’intéresser à la singularité d’un récit qui aurait pu s’en tenir à la simple illustration d’un fait de société répandu.

Mieux encore, alors que certaines situations sont limites dans leur vraisemblance, on y croit, tant est bien amenée l’idée que les ados sont capables de tous les comportements extrêmes, de toutes les provocations, pour se faire entendre lorsque les mots ne suffisent plus. La fameuse - et réelle - difficulté de communication avec le monde de l’adolescence (tarte à la crème ces derniers temps de nombreux journaux en mal d’actualité plus croustillante) est fort bien décrite, Hélène - Eva Darlan traduisant joliment le désarroi qui s’empare des parents - notamment des mères - face à leurs filles romantiques et têtues.

Quelques plans bien léchés, des moments de respirations habilement placés, des cris de mouette comme le citadin aimerait en entendre plus souvent et enfin une dose certaine d’humour confèrent à ce téléfilm une légèreté qui en fait toute la saveur.

 

 

 

Sylvie Steinebach.

Commenter cet article

Archives